Les illustrations de ce site ont été réalisées par Joelle Amacker sur la base des photographies prises par Eric Julien lors de ses séjours auprès des Kogis.

Liste des newsletters :

Newsletter no 7 (été 2019)

Newsletter no 6 (novembre 2018)

Newsletter no 5 (octobre 2018)

Newsletter no 4 (mars 2018)

Newsletter no 3 (septembre 2017)

Newsletter no 2 (janvier 2017)

Newsletter no 1 (mars 2016)

 

Lorsque Tradition et Innovation sont en résonance :

Une rencontre exceptionnelle !

Me 11 sept. 2019 – Université de Genève, Uni Mail salle MR280

17h30 Accueil – 18h00 – 20h00 Conférence – 20h00 Echanges informels

A l’occasion de la visite en Suisse de Judith Nuvita, première femme Kogi à avoir suivi des études universitaires, cette conférence a pour but de s’interroger sur la résonance entre science et tradition. Quel est l’apport de la tradition – celle des Kogis remonte à 4’000 ans – dans la compréhension de notre monde en quête perpétuelle d’innovation ? Comment s’inspirer d’un peuple dont les études consistent pour les apprenti-e-s à passer 18 années dans le noir pour accéder à d’autres voies de connaissance ? Quelle est leur relation à la nature ? Comment s’enrichir de la double expérience de Judith qui conjugue dans sa pratique les dernières innovations en dentisterie et la tradition ? Quelle est le rôle des femmes ? Comment s’en inspirer dans nos vies et nos organisations ? Tels sont les thèmes abordés. Pour en savoir plus sur Judith, les Kogis.

Regards croisés Genève 2020

Cette conférence s’inscrit dans le cadre du lancement du projet « Regards croisés Genève 2020 » initié par les Kogis et l’association Tchendukua France, en collaboration avec Tchendukua Suisse et le réseau Rezonance. Des représentants du peuple kogi de Colombie ont donné de nombreuses conférences en Suisse depuis 20 ans, instaurant ainsi un dialogue entre science et tradition. Après une première expérience dans le Diois en France en 2018, les Kogis ont choisi Genève, ville internationale de paix, pour porter des regards croisés sur un territoire : le bassin genevois. Ce processus est lancé à l’occasion de cette 1ère conférence et va réunir à l’automne 2020 une délégation de scientifiques et de Kogis. L’objectif est d’échanger et d’enrichir les regards sur le territoire du bassin genevois dans un dialogue à suivre lors d’une série de conférences publiques et de rencontres entre les partenaires de ce projet inédit.

Mots de bienvenue par Michel Léonard, Professeur à l’Université de Genève, et Jean-Jacques Liengme président de Tchendukua Suisse.

Panel animé par Eléonore Hirooka et Christian Michel de Tchendukua Suisse et Geneviève Morand, productrice des deux films d’Eric Julien sur les Indiens Kogi, avec:

      • Judith Nuvita, représentante du peuple kogi, première femme de sa communauté à avoir suivi des études universitaires de dentiste. Elle s’investit auprès de sa communauté par le biais de projets de préservation des savoirs
      • Eric Julien, géographe et consultant en entreprise, sauvé par les Kogis d’un œdème pulmonaire, leur a fait la promesse de les aider. Il est le fondateur de l’association Tchendukua, auteur de nombreux ouvrages et à l’initiative de deux films, du reportage d’Ushuaïa et du récent Retour de Terre inconnue sur le peuple Kogi de Colombie

      • Sophie Swaton, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, faculté des géosciences et de l’environnement, présidente de la Fondation Zoein, philosophe et économiste, membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot, auteure de “Pour un revenu de transition écologique” publié aux Presses Universitaires de France en 2018

      • Antonio Sanchez, responsable des SIG, entreprise de 1’400 personnes qui, avec son projet  EquiLibre, inspire de nombreuses organisations dont EDF, il pilote un projet de Bonheur au travail

      • Un représentant des Jeunes en faveur du climat

      • Un représentant du Mouvement des Etudiants de l’Institut des Sciences de l’Environnement (ISE) de l’Université de Genève

    •  

A propos des Kogis

Les Kogis, avec les Wiwas, Arhuacos et Kankuamos, habitent dans la plus haute montagne côtière du monde, la Sierra Nevada de Santa Marta, au nord de la Colombie, un territoire d’exception qui conjugue jungles profondes et sommets glaciaires. Descendants des Tayronas, une des grandes civilisations précolombiennes du continent sud-américain, les 20’000 Kogis présents dans la Sierra ont réussi à préserver et garder vivantes leurs traditions millénaires.

Pour eux, la Sierra Nevada, culminant à près de 6’000 mètres et offrant presque tous les écosystèmes terrestres, représente le cœur du monde, la Mère Terre, qui leur a transmis un code moral et spirituel. Leurs montagnes font couler l’eau qui va à son tour nourrir les Océans. Ils invitent les humains à la protéger, car la Mère Terre en échange veille sur nous, et à en respecter les principes, par exemple :

    • Le territoire est comparable à un “corps vivants” sur lequel il est parfois nécessaire d’agir comme sur des points d’acupuncture pour maintenir l’équilibre énergétique de l’environnement.

    • L’eau et la femme ont un rôle particulier. L’eau est aussi un être vivant qui transmet la vie. L’eau est aussi force, connaissance, pensée, intégrité et capacité à faire société, c’est un tout : Femme – Eau – Terre Mè

Téléchargez ici le dernier communiqué de presse de Tchendukua France

Téléchargez ici le dernier communiqué de presse de Tchendukua Suisse